Rechercher dans le site :

Le répertoire...
Il faut ici distinguer :
le répertoire ancien...(avant 1930) et ...
le nouveau répertoire (après 1930)

Le répertoire ancien.
Controverse sur le répertoire ancien
Le nouveau répertoire
La marionnette liégeoises.
Quelques règles
Qui est Denis


Le répertoire ancien.


Le répertoire ancien marionnettes
tirées des aventures d'Ogier le Danois

Les spectacles joués dans ces petites salles, aux alentours de 1850, était surtout composés de " Mystères " (histoire de la bible ou de la vie des saints) et des " Chevaleries ". Et ceci a une explication simple… Le seul livre que possédaient les gens à l'époque était la bible, d'où l'on tirait toutes les histoires merveilleuses. Pour ce qui est des Chevaleries c'étaient les romans en vogue à l'époque de Gaston de Paris. Cependant ces livres étaient très cher, et rares étaient ceux qui en possédaient… C'est alors que les éditions Larousse décidèrent de publier les romans d'Alfred Delvaux sous le nom de " Collection Bleue ". Celle-ci avait la particularité d'être vendue par petits livrets séparés qui reliés formaient le livre. Cette collection eut un énorme succès et permit aux ouvriers d'acquérir ces ouvrages dont ils adaptèrent les histoires pour les jouer aux marionnettes. Plusieurs documents et témoignages recueillis dans la première partie du XXième siècle signalent que de nombreuses personnes venaient apprendre à lire aux marionnettes… En effet, elles suivaient péniblement dans leur livre ce que disait le montreur et ainsi petit à petit apprenaient des rudiments de lecture. Ce phénomène a certainement induit, sans le vouloir vraiment, une tradition. Le " maître de joue ", (la joue étant la série de marionnettes d'un même théâtre) était celui qui lisait le roman et comme les autres montreurs ne savaient pas lire, il était bien obligé de faire les voix pour tous les personnages… De nos jours bien que presque tout le monde sache lire, c'est toujours une seule personne qui fait toutes les voix et elle a conservé son titre de " maître de joue ".

Controverse sur le répertoire ancien

Comme beaucoup de gens ont pensé que Conti était le premier marionnettiste, ils ont pensé qu'en plus d'amener ses marionnettes il avait amené son répertoire de Sicile, vu la ressemblance entre les marionnettes et leur répertoire de là bas et les nôtres. Mais tout ceci ne serait que pure coïncidence. Tout d'abord CONTI est Toscan et pas Sicilien il n'a donc pas pus connaître les marionnettes Siciliennes puisque d'après ce que nous savons de lui, il n'a jamais été en Sicile… Ensuite, en Sicile, ce sont les poèmes de Boarda et de Arioste qui sont interprétés tandis qu'a Liège ce sont surtout les romans de G. De Paris et d'A. Delvaux. Et s'il est vrai que certains théâtres ont interprété les poèmes italiens à Liège, c'est parce que la matière de chevalerie était très populaire à l'époque et qu'ils ont voulu continuer plus loin dans ce genre… Ils ont donc cherché à retrouver d'autres auteurs plus anciens sur le même sujet…

Le nouveau répertoire


Le nouveau répertoire " la montagne
qui parle " une de nos créations

Après 1930 dans certains théâtres, le répertoire va fortement s'enrichir tout d'abord de pièces comme les " riotrèyes " tirées du théâtre wallon qui mettent Tchantchès en scène à l'avant-plan et a toutes les sauces. Mais aussi des récits tirés de romans comme l'Illade, Notre Dame de Paris, Le Tour du Monde en 80 jours… En fait tous les grands classiques. En-suite le public " s'infantisant " de plus en plus, le répertoire va s'étoffer de légendes comme Blanche Neige, Jack et le haricot magique, Ali Baba, ou des contes plus locaux comme Glawenne le dernier des Sotai où Le meunier des Fonds de Quareux...… Cette dernière partie constituées d'histoires féeriques, est celle qui a l'heure actuelle est la plus jouée au théâtre de marionnettes et qui représente à elle seule près de 85% du répertoire actuel.

La marionnette liégeoise


La différence entre les styles
un chevalier de type " moderne "
un rive droite et un rive gauche

Il faut savoir qu'au départ, il n'y avait pas de règles, ni de normes et qu'on construisait les marionnettes un peu à sa volonté… Cependant avec le temps deux styles vont voir le jour : le style " rive gauche " et le style " rive droite ". Ce nom leur a été donné par rapport à la Meuse, le fleuve qui coupe liège en deux, car de chaque côté un style différent a évolué. Ce style se marque surtout dans deux particularités.
Tout d'abord la composition du spectacle celui de la rive gauche ne fait qu'une toute petite place à Tchantchès le héros local, celui-ci n'est qu'un intermède un bouche-trou… Tandis que dans les spectacles de la rive droite Tchantchès va occuper une place de plus en plus grande pour en devenir le personnage principal, le héraut par excellence, fidèle compagnon de Roland, confident de Charlemagne, on ira jusqu'à créer des spectacles sur mesure pour lui.
Deuxièmement des petites différences dans la fabrication. Les marionnettes " rive gauche " sont un peu plus petites… Par exemple un chevalier mesure entre 75 et 80cm alors qu'il fera 90cm dans le style " rive droite ". En-suite dans le style " rive gauche " les chevaliers ont des bras en bois sculptés et on reconnaît les rois car il portent une couronne. Par contre dans le style " rive droite les chevaliers on juste des mains sculptées attachées au corps grâce à un bout de tissu et recouverte d'un velours. On y reconnais les rois non pas à la couronne car certains n'en possèdent pas mais à leur bras sculptés.

Deux styles bien distincts.


la différence de taille entre les personnages
et la différence de richesse des décorations

On pourrait ajouter encore d'autres petites différences entre les deux styles. Mais à l'heure actuelle, le style rive gauche a pratiquement disparu… Le style " rive droite " est donc le plus courant et il est le seul des deux encore employé de nos jours.
Cependant on peut noter que l'ont voit aujourd'hui apparaître un troisième style, qu'on pourrait appeler " style moderne ". Ce style reprend toutes les caractéristiques du style " rive droite " à une différence près les marionnettes sont plus petite. En effet un chevalier fait 70 cm à la place de 90cm. Ce style " moderne " est surtout employé par les théâtres itinérants car plus petit il est plus facile il est à transporter.

Quelques règles


De gauche à droite L'archevêque Turpin
reconnaissable à la croix sur son torse
et a son casque en forme de mitre,
Charlemagne et Roland reconnaissable
à son casque en tête de lion

Ici je ne parlerais que du style " rive droite ", le plus important.
Ces règles n'existaient pas au début de l'histoire des marionnettes de tradition liégeoise mais ce faisant certains marionnettistes plus important vont imposer leurs modèles, comme ils se copiaient l'un l'autre et pour pouvoir vendre leur production aux plus de théâtre possible, certaines normes vont se fixer.
La taille : La taille de la marionnette varie selon son rang social. C'est ainsi que les gens du peuple font en-dessous de 80cm, les soldats entre 75 et 80cm, les princesses et reines entre 80 et 85 cm, les chevaliers sont autour de 90cm les rois 95 cm et Charlemagne1m. Seule exception pour les nains et les géants qui ont leur taille en fonction de leur état et non de leur représentation social…
La finesse des décorations : celle-ci aussi évolue en fonction du rang social, le peuple est entièrement habillé de tissu. Les soldats ont le torse légèrement sculpé, les princesses et reine ont leur torse finement sculpté, les chevaliers ont non seulement le torse sculpté mais aussi les jambes; quant aux rois et empereurs, ils ont non seulement les jambes et le torse sculpté, mais en plus ils sont affublés de bras en bois sculpté
La représentation de certains personnages : certains personnages ont des atributs qui leur sont propres et unique à eux. Roland, le neveux de Charlemagne, a toujours un casque en forme de tête de lion dont la gueule est ouverte laissant apparaître le visage. Il est presque toujours habillé de rouge vif pour montrer sa fougue et sa vaillance. Charlemage possède toujours une longe barbe et un couronne, souvent inspirée par la statue de l'empereur qui trône sur le boulevard d'Avroy à Liège. Il est presque toujours habillé en bordeau. L'archevêque Turpin a toujours un casque en forme de mitre et une croix sur son torse. Les 4 fils Aymon sont souvent représentés avec un casque " minerve " inspiré par les représentation de cette déesse antique. Leur armure est souvent composée d'écailles surmontée d'un visage sur la poitrine. Maugis à un casque surmonté d'une tête de gargouille. Je pourrais continuer encore longtemps… Pour résumé, la plus part des personnages important possède certains atributs bien spécifiques et c'est pourquoi les anciens théâtres avaient des collections d'environs 600 à 1000 personnages Car les gens de l'époque connaissaient ces détails et il était donc impossible de leur faire endosser un autre rôle sous peine de mécontentement du public.



Qui est denis ?

Denis est tombé dans la potion magique de la marionnette quand il était petit. Il a fréquenté l'école de la marionnette de José Maquet à l'âge de 8 ans ! Depuis lors, le virus ne l'a plus quitté. D'après la légende, il a joué son premier spectacle de marionnette liégeoise devant un vrai public à 15 ans, en remplaçant au pied levé un ancien empêché de jouer à un festival.. Ca a été un succès et il a prié toute la nuit pour que l'aubaine se reproduise le lendemain. Mais il aura dû patienter encore.

Maintenant, Denis a sa petite salle de théâtre, très fréquentée par un public assidu. Il est un vrai collectionneur et a aménagé un véritable musée qui retrace l'histoire de la marionnette liégeoise principalement, et qui porte aussi un regard sur d'autres traditions ou d'autres techniques marionnettiques. Pour finir, il a ouvert son petit atelier aux passionnés de sculpture de marionnette en bois, en aménageant plusieurs établis accueillants.

Début mai, le Théâtre à Denis (de notre Denis) fêtait ses 20 ans en organisant un festival généreux d'un week-end. Comme on pouvait s'y attendre, l'ambiance était au rendez-vous, ainsi que les amis, le public et la diversité : marionnette traditionnelle liégeoise, marionnette tout court, conte, confrérie , … Christian Deville, du théâtre Tchantchès qui reye, qui a appris à Denis les ficelles du métier, et José Maquet qui lui a donné le goût des marionnettes liégeoises ont rehaussé l'anniversaire de leur présence.

Fidèle à son passé, Denis tient à coeur de transmettre sa passion. Comme il l'a dit dans sa harangue des 20 ans, quand il fait vivre les marionnettes, les enfants reçoivent un peu de leur âme. Il espère que certains recevront ce souffle plus que d'autres et continueront à faire vivre ces marionnettes, même après la mort du marionnettiste et jusque dans 500 ans et plus. C'est ainsi que le festival s'est terminé par 2 représentations majeures : celle du Théâtre à Matthi, jeune théâtre liégeois, promis à un bel avenir et celle de la relève : Balthazar, xxx, xxx , trois jeunes assistants de Denis qui, ont l'espère, suivront sa voie, tracée par les anciens.

"Les News"

1/1/2005
ouverture du site.



N’oubliez pas non plus:

Programme 2016-2017


La veillée des conte proposée par la " maison du conte de Liège-Vervier " tous les 7 de chaque mois à 20h

Le stage pour les enfants à Pâques du 3 au 7 avril

Les stages pour les enfants durant les grandes vacances du 3 au 8 juillet et du 31 juillet au 4 août

réservation au 04 235 94 95 ou 0475 70 10 04

• Notre théâtre sera ouvert aussi tous les mercredis de juillet et août à 15h pourde nouvelles aventures de Tchantchès !


Musée de la marionnette

Le musée a trouvé refuge à côté du théâtre, dansl’ancienne demeure du fontainier de la société desFontaines Roland. Petit musée par la taille, mais granddans nos coeurs, Il est accessible tous les lundi mardijeudi et vendredi de 14h à 17h, mais également surdemande après les spectacles. Prix 1 euro (il estcependant plus prudent de téléphoner avant de seprésenter)

Pour les groupes, des visites guidées avec un petitlever de rideaux sont également possible tous les joursà toutes heures sur réservation. Prix 85 € pour le groupe(maximum 40 personnes)


copyright Théâtre à Denis - © 2005 Fauconnier - All rights reserved.